Vous êtes ici : Le dossiers du Mag du Chien > Conseils d'élevage du chien > La reproduction chez la chienne : tout savoir !

La reproduction chez la chienne : tout savoir !

Vous souhaitez compléter l’arbre généalogique de votre chienne ou désirez tout simplement qu’elle ait une portée ? La reproduction chez les chiens nécessite des connaissances avant de se lancer. Il en va de la santé de votre animal et de celle de ses petits.

La reproduction chez la chienne : tout savoir !

Les périodes de chaleur

Les périodes de chaleur représentent le moment propice pour débuter la reproduction. Elles se produisent environ tous les six à sept mois et commencent à partir de l’âge de 7 mois mais cela varie en fonction des races. En effet, le cycle menstruel des chiennes dépend de chaque individu et de la race. Les Basenji par exemple ne sont en chaleur qu’une fois par an. Alors que d’autres races peuvent l’être trois fois dans l’année. Ces périodes de chaleur se produisent à l’automne ou au printemps. Mais tout dépendra bien entendu de chaque animal. Elles se déroulent en deux phases distinctes : le pro-œstrus et l’œstrus.

Le pro-œstrus correspond au début des chaleurs. Cette phase s’étale sur une période de neuf jours pouvant aller jusqu’à 25 jours selon les cas. À ce moment-là, la chienne attire les mâles, mais refuse de s’adonner à une saillie. Des pertes hémorragiques sont observées durant cette période ainsi qu’une turgescence et un gonflement de la vulve.

Vient ensuite l’œstrus durant lequel la chienne accepte l’accouplement. S’étendant sur une durée moyenne de 9 jours, cette période peut aller jusqu’à 21 jours. Comme la chienne ovule, elle est fécondable deux à trois jours après cette ovulation. Des pertes plus claires et un gonflement de la vulve qui n’est plus turgescente sont les signes d’un œstrus.

L’étape de la saillie

La chienne devient moins réticente à un accouplement entre le 11ème et le 13ème jour après le début des chaleurs. Le mâle peut entrer en action. Il agrippe le cou de la chienne, la saisit par les flancs puis lui monte dessus. L’érection ne sera complète que lorsque le pénis sera totalement introduit dans le vagin de sa partenaire. Au moment de l’érection, une dilation allant jusqu’à 8 cm se produit au niveau du bulbe du gland. Les muscles du vagin se contractent en même temps. Ce phénomène entraîne le nouage c’est-à-dire que les deux chiens se retrouvent collés. Le mâle peut rester dans la position de départ, mais il arrive aussi qu’il se retourne de façon à ce que les deux se retrouvent dos à dos.

Il est très important de ne jamais intervenir durant cette phase en tentant de les séparer, car cela est l’origine de fractures de l’os pénien ou de fractures vaginales avec écoulement de sang. À noter également que ce nouage n’est pas toujours obligatoire, mais cela ne signifie pas pour autant l’échec de la saillie. À l’issue de la copulation, les deux chiens se lèchent les parties génitales. Il est possible d’avoir jusqu’à cinq accouplements quotidiennement. Et il est vivement conseillé d’organiser la saillie sur le territoire du mâle afin qu’il ne soit pas déstabilisé et soit en pleine possession de ses moyens.

Autre précaution : faire appel à un vétérinaire qui effectuera un suivi des chaleurs est une garantie de réussite de la saillie. Ce professionnel réalisera une série d’analyses notamment via des frottis vaginaux, pour connaître la bonne période d’ovulation.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Partagez votre expérience, posez une question, commentez ...

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : TuAQwv

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres dossiers