Vous êtes ici : Le dossiers du Mag du Chien > Autour du chien > Peut-on parler d'intelligence chez le chien ?

Peut-on parler d'intelligence chez le chien ?

L’intelligence d’un individu doit être mesurée en tenant compte de données propres à sa condition. Le chien possède sa forme d’intelligence que l’on nomme préférablement la cognition. Celle-ci peut prendre plusieurs formes. C’est pourquoi le chien étonne sans relâche son maître. Qu’il s’agisse d’un chien de petite race ou de grande race, il est capable de montrer l’étendue de ses capacités à tout moment. Faisons un point sur chacune de ses dispositions, linguistique, émotionnelle, spatiale, corporelle et même logico-mathématique.

Peut-on parler d'intelligence chez le chien ?

Comment définir l’intelligence chez l’animal ?

L’intelligence chez le chien ou tout autre animal peut être définie par la vitesse à laquelle il trouve - pour s’adapter ou pour survivre - une solution à une problématique. Nombre d’expérimentations ont permis de mesurer le comportement intelligent d’animaux divers mais pas leur intelligence, cette dernière notion étant abstraite et non mesurable.

Après ses observations, et selon les résultats obtenus, il a donc été possible de déterminer si un animal, une race ou une espèce est « plutôt intelligent ». On emploie aujourd’hui un terme mieux adapté pour désigner l’intelligence animale. Il s’agit de cognition. Cette dénomination semble en effet plus juste dans la mesure où elle exprime la notion d’intuition, d’instinct ou encore d’expérience pouvant expliquer les capacités mentales des animaux.

Un animal peut être capable de s’adapter à certaines situations ainsi qu’à un environnement en particulier, seul ou en groupe selon son espèce, grâce à une forme d’apprentissage lié à une organisation sociale. Tout au long de sa vie, l’animal quel qu’il soit apprend par le biais d’une succession d’expériences.

Certains exemples sont frappants, comme c’est le cas des abeilles et des fourmis dont on connaît l’organisation sans faille. Certains oiseaux savent récupérer la nourriture qu’ils ont cachée avant qu’elle ne s’abîme. Cela porte à croire qu’ils ont non seulement la mémoire du lieu mais qu’ils possèdent aussi une certaine notion de temps. Les rats, les cétacées, les chimpanzés ont des comportements différents les uns des autres mais pouvant laisser penser qu’ils sont dotés d’une aptitude à raisonner. Peut-on pour autant parler d’intelligence ? Ce sont en tout cas des capacités cognitives avérées.

Les différentes formes d’intelligence du chien

Le chien peut apprendre diverses choses par habituation ou bien encore par conditionnement. Il comprend des mots, certains spécimens assez phénoménaux en connaissent entre 100 et 200. Il reçoit aisément les informations qu’on souhaite lui transmettre. Il les mémorise et a la faculté d’y recourir lorsqu’il est confronté à un problème qu’il peut alors résoudre grâce à une information qu’il a gardée en mémoire. Il trouve donc une solution en fonction de la circonstance afin de s’adapter à une situation.

L’intelligence linguistique du chien désigne la capacité de l’animal à comprendre :

  • Des sonorités nuancées,
  • Des mots, qu’ils soient prononcés de façon isolée ou insérés dans une phrase,
  • Des intonations.

En communiquant avec son chien et en mettant tout en œuvre pour qu’il comprenne le plus de mots ou d’expressions possibles, et pour qu’il reconnaisse plus encore de sons et de tonalités, le maître peut au quotidien entraîner l’intelligence linguistique de son petit compagnon.

L’intelligence émotionnelle et l’intelligence sociale : la première n’est pas développée chez le chien en ce qui concerne l’analyse et la compréhension de ses propres émotions, ni même leur maîtrise, loin s’en faut. Toutefois, l’intelligence sociale du chien est mesurable. Il est en effet très réceptif aux émotions ressenties à son égard par son maître, et d’autres humains qui font partie de son entourage, par ses congénères et même par des animaux qui n’appartiennent pas à son espèce. On sait aussi que le chien peut déceler certaines expressions sur le visage d’une personne. Il s’agit essentiellement des micro-expressions faciales trahissant les émotions et l’humeur d’un enfant, d’une femme ou d’un homme.

L’intelligence spatiale : le chien sait se repérer dans un espace qu’il peut mentalement se représenter. Il peut facilement se rendre seul d’un point à un autre de cet espace même s’il n’utilise pas toujours le même trajet.

L’intelligence corporelle : le chien a pleine conscience de son corps et il possède toutes les qualités physiques pour l’utiliser. Les parcours Agility représentent une bonne solution pour développer l’intelligence corporelle-kinesthésique d’un chien.

Le chien possède également une forme d’intelligence logico-mathématique. Pour illustrer ce propos, le meilleur exemple est celui d’une chienne qui surveille sa portée de chiots et cherche sans relâche le rejeton qui s’est un peu écarté des autres. Elle semble savoir à tout moment combien elle possède de petits et sait exactement s’il en manque 1 à l’appel. Chaque jour, dans d’autres circonstances, le chien prouve qu’il possède une forme d’intelligence logico-mathématique. Le jeu peut aider à développer cette faculté.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Partagez votre expérience, posez une question, commentez ...

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : cbYE7N

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

A propos des chiens ...

  • Niche pour chien : comment la choisir ? Nos conseils Niche pour chien : comment la choisir ? Nos conseils La niche pour chien permet à l’animal de bénéficier d’un endroit bien à lui. Lui offrir ce type d’habitat est une vraie bonne idée à condition de choisir le bon modèle. Son look ne doit...
  • Top 10 des races de chien les plus petits Top 10 des races de chien les plus petits Découvrons les dix races de chiens miniatures, leurs caractères, leurs principaux défauts et qualités. Ce sont des chiens dont l’espérance de vie est assez grande, comme c’est le cas pour...