Vous êtes ici : Le dossiers du Mag du Chien > Conseils d'élevage du chien > La piroplasmose chez le chien : description, traitement, prévention

La piroplasmose chez le chien : description, traitement, prévention

Maladie grave causée par un parasite nommé Babesia Canis, la piroplasmose du chien entraîne la destruction des globules rouges de l’organisme de l’animal, ce qui conduit à de sérieux troubles conduisant parfois à la mort.

Tiques canines

Définition de la piroplasmose

La piroplasmose est une maladie véhiculée par les tiques qui sont souvent présents dans les broussailles, les haies, l’herbe des chemins de campagne et les sous-bois. Durant les balades, ce parasite vient se fixer sur la peau de l’animal. De là commence le problème. Les micro-organismes responsables de la maladie sont contenus dans la salive de l’acarien qui, pour vivre, a besoin de se nourrir du sang du chien. Au moment de prendre son repas sanguin, il va alors lui inoculer la bactérie. Dans le sang, les piroplasmes vont s’introduire dans les globules rouges pour ensuite les détruire.

Les manifestations de la maladie

Plusieurs symptômes permettent d’identifier la maladie. Le chien commence par être abattu puis révèle une importante fièvre. L’animal perd également de l’appétit. À cause de l’éclatement des globules rouges, il est victime d’une anémie rendant ses muqueuses très pâles. Des diarrhées et des vomissements apparaissent à cause de l’intoxication hépatique toujours causée par la destruction des globules rouges. Les reins sont également touchés. Les urines deviennent rouge, orange, marron ou même noir. Le chien est faible et très fatigué.

Les traitements contre la piroplasmose

S’il est effectué au plus tôt, le traitement contre la piroplasmose se révèle efficace. D’où l’importance d’être attentif aux premiers symptômes décrits plus haut, et d’aller le plus vite possible chez le vétérinaire. En effet, l’animal peut développer une anémie hémolytique, ce qui signifie que l’organisme cause lui-même la destruction de ses globules rouges. En l’espace de 48 heures, le chien peut mourir si rien n’est fait.

Le premier traitement à effectuer consiste à faire des injections qui viendront éliminer les parasites. Pour soigner les complications rénales et hépatiques ainsi que pour réhydrater l’organisme, des perfusions sont également posées. Enfin, le vétérinaire peut réaliser des transfusions pour rehausser le taux de globules rouges.

Des conseils pour prévenir la piroplasmose

Pour éviter que le chien ne contracte la maladie, la solution la plus sûre consiste à réaliser un traitement antiparasitaire. Il existe plusieurs produits à utiliser dans ce cadre. Parmi eux figurent les pipettes qui déposent un film protecteur sur le corps et protège l’animal pendant plusieurs semaines. L’usage de colliers est aussi intéressant, car la protection dure de nombreux mois. Enfin, il est possible de recourir aux sprays qu’il faudra pulvériser régulièrement sur le corps de l’animal.

La piroplasmose apparaît souvent durant certaines périodes à risque : de mars à juin et de septembre à décembre. Il faudra donc effectuer le traitement antiparasitaire à ce moment-là.

Notons qu’il existe également des vaccins qui contribuent à prévenir la maladie. Il est conseillé de le faire dès le plus jeune âge de l’animal (de préférence entre 8 et 10 semaines) pour profiter d’une meilleure efficacité. Il convient de savoir qu'en plus d’être coûteux, ce vaccin n’a malheureusement pas une efficacité de 100%. Il contribue seulement à réduire les risques de contamination.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Partagez votre expérience, posez une question, commentez ...

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : k5i5KJ

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres dossiers